La reliure, un art à découvrir

Historique

Suite à une conférence sur la reliure présentée à l'Université de Montréal en 1986, Catherine Gaumerd tombe en amour avec la reliure. C'est le début d'un apprentissage qui l'amène à ouvrir son atelier deux ans plus tard. Après plus de 25 ans, sa passion pour la reliure est intacte, alors que chaque projet est une occasion de mettre ses connaissances et son art au service du livre, pour la plus grande satisfaction de ses clients.

 

Toujours portée à partager, Catherine aime faire découvrir et apprécier l'art de la reliure au public, notamment dans les cours qu'elle donne , mais aussi par le biais d'ateliers et de conférences qu'elle anime depuis 1989. Chaque année, elle fait  découvrir la reliure en présentant une conférence-découverte dans le cadre des Journées de la culture et ce, depuis 1997.

 

À l'affût de tout ce qui se fait en reliure, Catherine suit fréquemment des cours de perfectionnement professionnel auprès de maîtres relieurs d'ici et d'ailleurs, ce qui lui permet d'être à la fine pointe des techniques, autant traditionnelles que contemporaines, et d'en faire profiter ses clients et ses élèves.

Médias

L'atelier de reliure est présent dans les médias depuis sa fondation. De nombreux articles paraissent dans les journaux de quartiers dès 1989. En 1994, un article paraît dans Le Devoir, un autre dans la revue Qui Hebdo.

Récemment, Catherine Gaumerd a participé au livre Les gens de mon quartier, de la photographe Claire Beaugrand-Champagne. Elle apparaît également dans le documentaire Le Coeur d'Auschwitz de Carl Leblanc alors qu'elle travaille à la reliure d'une reproduction du célèbre coeur d'Auschwitz. En 2014, on peut l'entendre sur les ondes de Radio-Canada Première, alors qu'elle participe à l'émission La Sphère de Mathieu Dugal.

En 2014, on peut lire un article sur Catherine Gaumerd, son atelier, son travail, sa passion, alors qu'elle est interviewée par Judith Lussier dans le journal Métrohttp://journalmetro.com/culture/585723/catherine-gaumerd-relieuse/.